Activités du Festival

Rencontres Femmes Ciné

Le festival Yarha depuis son lancement accorde une place capitale à la sensibilisation et à l’autonomisation de la femme dans le domaine du cinéma. Cela se matérialise à chaque édition par la tenue de rencontres, conférence/ débat et table ronde au cours desquelles les femmes de toutes catégories sociales  échangent sans complexe  et apprennent, dans le but  d’évoluer dans leur carrière pour celles qui en ont déjà. C’est d’avantage une plateforme   d’éveil pour celles qui tardent encore à franchir le cap. La rencontre femme du festival Yarha est aujourd’hui la vitre de promotion, de valorisation et d’appel à l’autonomisation de la femme en Afrique centrale. Ce partage d’expérience sans modération que sont les rencontres des femmes ciné n’entend pas se limiter en chemin.

Edition précédente

YARA Rencontre qui a vu la participation de nombreuses femmes, elle a surtout consisté à mettre ensemble des femmes cinéastes de la région autour d’un thème principal «  l’entrepreneuriat féminin dans les domaines du cinéma et de l’audiovisuel ». Ayant mobilisé un  public constitué de près de 150 jeunes femmes, hommes, journalistes, acteurs et entrepreneurs culturels, elle a été soutenue par des échanges sur des thématiques aussi importantes que le droit de la propriété intellectuelle, bien démarrer son entreprise culturelle, le rôle de l’Etat, les stratégies de financement.

  • La présence marquée d’experts en droit et de cinéastes de grande renommée telles que Rahmatou Keita, Hilda Dokubo, Sana Ezzine, Wasis Diop ; Claudia Yoka, et des actrices et acteurs engagés dans la société civile locale telles que Sylvie Nwet, Tatiana Matip, Alex Bitjocka ou Gérard Essomba a rehaussé la qualité des échanges.
  • Grâce à la participation remarquable des ambassades de Corée et Suisse au Cameroun, du Ministère des Petites et Moyennes Entreprises de l’Economie Sociale et de l’Artisanat, de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun, du Hilton et cette présence diversifiée du public, ce fût une expérience enrichissante.
  • L’Etat a un grand rôle à jouer dans la promotion des activités culturelles certes, mais les acteurs du milieu doivent travailler à encadrer leurs activités et leurs œuvres et investir sur la qualité, la collaboration, la diversité des ressources (humaines, matérielles et financières), la croyance et surtout la patience. L’expérience étant un déterminant incontournable.